Culture

AU REVOIR MANU…

Manu Dibango

Légendaire saxophoniste...

Âgé de 86 ans, Manu Dibango avait contracté le coronavirus. C’est la famille du légendaire saxophoniste camerounais, figure emblématique de la scène musicale africaine, qui a annoncé la nouvelle ce 24 mars 2020 : « C’est avec une profonde tristesse que nous vous annonçons la disparition de Manu Dibango, notre Papy Groove, survenue le 24 mars 2020 à l’âge de 86 ans, des suites du Covid-19 » 

« Soul Makossa »(1972), le morceau qui l’a fait naître, a connu un étonnant destin. C’est le titre qui a fait naître la légende de l'afro-jazz Ce n’était au départ que la face B d’un 45 tours dont le titre phare était un hymne pour l’équipe de foot du Cameroun à l’occasion de la Coupe d’Afrique des Nations. Repéré par des DJs new-yorkais, le titre a connu mille vies. Manu Dibango avait même accusé Michael Jackson de plagiat sur un morceau de l’album « Thriller ». Un accord financier avait finalement été trouvé.

Le musicien et chanteur franco-camerounais Manu Dibango laisse derrière lui une carrière immense "dirigée par la passion". Avec "Soul Makossa", Manu Dibango a conquis la planète. Et jusqu'au 17 octobre dernier, Manu Dibango, infatigable et saxophone à la main, célébrait ses 60 ans de carrière sur la scène du Grand Rex de Paris, accompagné par l'Orchestre Lamoureux. Cette année, le saxophoniste et chanteur devait remonter sur scène en Martinique dès ce 17 avril et était encore sur scène le 1er février dernier à Montpellier en France. En plus de sa vie de musique et de concerts, Manu Dibango s'était engagé en 2018 aux côtés de Juliette Binoche en signant une tribune contre le réchauffement climatique, intitulée "Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité", publiée en Une du Monde.

Manu Dibango

60 ans de carrière

Né en 1933 au Cameroun, Manu Dibango est envoyé en France par ses parents à l'adolescence pour y poursuivre ses études, et il s'initie alors à la mandoline et au piano. Le célèbre artiste camerounais Francis Bebey, qu'il rencontre lors d'un camp de vacances, lui apprend aussi les bases du jazz et le saxophone. Ils forment un groupe ensemble et donnent quelques représentations. Après son échec au bac en 1956, et alors que son père le laisse tomber, Manu Dibango part en Belgique se produire dans des cabarets, notamment fréquentés par la communauté congolaise, si bien que son jazz évolue vers des sons africains. Il rencontre à cette époque le mannequin Coco qu'il épouse en 1957, et Le Grand Kalle qui l'engage dans l'orchestre African Jazz, ce qui le conduit à enregistrer plusieurs disques à succès en Afrique et à partir en tournée au Zaïre en 1961. En 1962, Manu Dibango prend alors la gérance d'un club à Léopoldville et sort "Twist à Léo", avant d'ouvrir son propre établissement au Cameroun en 1963, mais cette entreprise se solde par un échec.

Après son retour en France en 1965, Manu Dibango crée son Big Band en 1967 et participe aux émissions "Pulsations" où il rencontre Dick Rivers et Nino Ferrer, pour qui il sera musicien quelque temps, avant de sortir l'album "Saxy party" en 1969 lui permettant de renouer avec son public africain. En 1972, la chanson "Soul Makossa", succès mondial repris par la suite par Michael Jackson puis Rihanna, emmène Manu Dibango en tournée internationale. Artiste reconnu, Manu Dibango dirige pendant plusieurs années l'orchestre de la Radiotélévision ivoirienne et sort différents albums dont "Home made" en 1978, "Waka Juju" en 1982 et "Afrijazzy" en 1986, tout en collaborant avec de nombreux artistes comme Gainsbourg et Paul Personne. En 1988, il publie son autobiographie "Trois kilos de café".

Depuis les années 1990, Manu Dibango poursuit les enregistrements avec succès, dont "WakafriKa" en 1992, "Négropolitaines" dont le 2e volume lui vaut une Victoire de la musique, "Lamastabastani" en 1996 et "Kamer feeling" en 2001. En 2010, Manu Dibango se voit décerner la Légion d'honneur et en 2019, remonte sur scène pour une tournée anniversaire, célébrant ses 60 ans de carrière.

SAGBOHAN DANIALOU & PATRICK RUFFINO…

Sagbohan Danialou & Patrick Ruffino

L'incroyable duo...

La musique béninoise regorge de talents et de sonorités agréables. C'est ce que nous démontre encore une fois la collaboration entre deux poids lourds de la scène musicale : Sagbohan Danialou, l'aîné qu'on ne présente plus, et Patrick Ruffino, l'illustre bassiste guitariste et musicien chanteur.

Cette collaboration est le fruit d'une mixité de sonorités qui donne lieu à un vrai régal auditif tant au niveau des mélodies - voix, qu'au niveau des paroles. Ce titre est un hommage aux valeurs transmises de génération en génération. Une ode à l'amour des peuples, à l'amour de la culture.

Nous vous le conseillons vivement, et profitez-en pour revisiter quelques classiques de notre musique béninoise.

ANGELIQUE KIDJO & YEMI ALADE

ANGELIQUE KIDJO YEMI ALADE

" Mama Africa "

Décidément elle est présente partout ! Oui, vous l'aurez remarqué il s'agit bien de la " Mama Africa " Angélique Kidjo. Mais cette fois-ci elle n'est pas seule. La diva a fait une récente sortie musicale en collaboration avec la chanteuse nigériane Yemi Alade.

Un morceau et un clip vidéo qui ne sont pas passé inaperçus. Ayant trôné en première place au top trending Youtube dès sa sortie, le clip revisite visuellement les cultures africaines et leur donne ce caractère authentique et original que nous les connaissons.

Félicitations à la Mama qui ne cesse de porter haut cette culture de l’Afrique talentueuse.

AMIR EL PRESIDENTE : DERNIER MANDAT

AMIR EL PRESIDENTE DERNIER MANDAT

Amir est l’un des pionniers de la sphère du hip-hop au Bénin...

Amir est l’un des pionniers de la sphère du hip-hop au Bénin. Après plus de 15 ans d’une aventure démarrée en 2004 avec Diamant Noir et le classic « Mets Toi a l’aise », Amir El Presidente, fondateur du label CCC a annoncé que son 1 er album solo à venir serait également son dernier.

Présenter son premier album solo après une belle et riche carrière et annoncer par la même occasion, son retrait de l’arène musicale, c’est osé ! Après avoir donné sa vie à cette musique et au mouvement hip hop, c’est une décision réfléchie et mûrie qui viendra accompagner cet album purement rap de 16 titres avec la crème des artistes béninois : la sublime Sessime, les inséparables du CCC Nasty Nesta, Bsyd et Dac, le légendaire Blaaz, le phénomène Togbe Yeton mais aussi First King et Kemtaan. Le rappeur n1 du Sénégal Omzo Dolla a aussi prêté sa voix à cet album.

Amir insiste sur le fait qu’il n’a aucun regret et ne garde que des bons souvenirs d’une carrière riche en succès avec Diamant Noir et le CCC. Concerts au Hall des Arts, au CIC, Brand Ambassador de Moov, collaborations …

Cet album est pour lui celui de la liberté et il assume parfaitement le fait qu’il n’a suivi aucune tendance musicale et est resté dans ce qu’il pratique le mieux, le RAP.

« Je n’ai pas envie de faire de la musique qui ne me ressemble pas. Aujourd’hui, pour aller à l’extérieur, dépasser les frontières, il faut rentrer dans un certain système musical qui n’est pas le mien. Comme je ne suis pas prêts à cela.  Je préfère partir au moment où j’ai encore des fans, des gens qui me soutiennent » a-t-il expliqué.

Au niveau des thématiques, Amir El Presidente est revenu sur sa relation avec la musique qu’il aime tant, mais aussi sur la fin de Diamant Noir, sa vision de la jeunesse au pays, puis il a également abordé le sujet de la paternité lui qui est père de deux enfants. Sans oublier des sujets plus légers, avant de conclure sur les raisons de son retrait de la musique.

Cet album est la synthèse de la carrière et de la vie du jeune artiste très apprécié par la jeunesse de son pays. Un album dense, intense, personnel et varié avec des touches sérieuses, mais aussi la légèreté et la liberté qu’on peut lui connaitre.

L’album est disponible en vente par Mobile Money, Flooz et en format cd.  « J’invite tous les artistes à vendre leur musique, mieux vaut vendre que de donner ta musique gratuitement » a-t-il conseillé.

LE COLLECTIF BIM BENIN

BIM Bénin

Un groupe composé de 7 musiciens - vocalistes..

Le collectif BIM Benin. C’est le nom que porte le nouveau ambassadeur fort de la richesse culturelle et musicale du Bénin.

Le collectif BIM Bénin, c’est un groupe composé de 7 musiciens - vocalistes, qui, à travers leur premier album associe mélodies traditionnelles, urbaines, électriques sans perdre l’authenticité des percussions béninoises et des chants polyphoniques. Le collectif défend aussi la culture vaudou au delà des idées reçues, en pronant une attitude positive tournée vers la terre et les humains.

Après des premiers concerts réussies au Bénin, en France et au Maroc; le collectif n’a cesse de prendre de l’ampleur à l’international. Ils sont attendus aux Etats-Unis, à New-York dans le cadre de leur tournée. Vous pouvez les suivre sur facebook : @BimInternationalMusical

« CELIA » DE ANGELIQUE KIDJO

Angélique Kidjo

La " Mama Africa "...

La sortie de l'album " Celia " de la diva béninoise Angélique Kidjo propose une salsa mixée avec de la culture yoruba et de l'Afrobeat. En hommage à la Reine de Salsa, l'icone Celia Cruz.

L'album réunit une pléiade d'artiste dont le percussionniste David Donation, le batteur Nigérian Tonny Allen, le saxophoniste Shabaka Hutchings, le Gangbé Brass Band, mythique groupe béninois, pour ne citer que ceux la. L'album évoque ce destin parallèles entre deux grandes figures Afro de la musique, qui ont quelque peu traversé les mêmes grandes étapes pour forger ce destin hors du commun. En hommage à son aînée, la diva béninoise lui rend un hommage pour l'inspiration d'une vie qu'elle a été. Un album salué par le public et plébiscité des puristes Salsa. Rappelons que la diva béninoise vient d'être nominée pour la 9e fois aux Grammy’s Awards, qu'elle a remporté déjà 3 fois.

 

P.S. : Nous vous recommandons vivement le titre " Bemba Colora " plébiscité par toute la rédaction.