DEVENIR LE PARENT DE SON PARENT…

Famille - parents

Devenir le parent de son parent !

De la même manière que nous ne nous voyons pas prendre de l’âge, c’est ainsi que nous ne voyons pas nos parents vieillir.

Cela m’a frappé très récemment après avoir vu mon père que je n’avais pas vu depuis 1 an. Je l’ai observé assez longtemps pour me rendre compte que ce n’était plus la personne que j’avais en mémoire. Non pas qu’il était totalement différent mais dans mon souvenir c’était l’image de mon papa de quand j’étais ado. Papa n’avait plus la même agilité, il avait de plus en plus de mal à marcher vite dans la rue et surtout il souffrait désormais de nombreux petits bobos qui le secouaient assez.

J’ai pris conscience à ce moment que le temps passait trop vite et plus que jamais je me devais d’être à ses côtés.

Un jour, nous découvrons leur fragilité. Et leur vieillissement nous renvoie à notre propre vieillesse : nos propres enfants qui grandissent, les cheveux blancs qui parsèment notre chevelure ou carrément la calvitie qu’on a essayé en vain de camoufler ou encore notre propre vie qui est devenue si monotone VS celle de nos 20 ans.

Pour en revenir à mon père, j’avoue en me couchant le premier soir, j’ai pleuré car je me rendais compte de l’emprise du temps. Même si la vie fait que nous ne sommes pas dans le même pays et que notre quotidien nous fait parfois perdre de vue le temps qui passe, il était impératif que je puisse être à ses côtés, l’accompagner, le soutenir et vivre avec lui ce cap qui devait être tout aussi difficile.

Voir ses parents vieillir, prendre peu à peu en charge leur quotidien c’est un renversement des rôles auquel nous ne sommes pas préparés et qui nous bouleverse. Ils deviennent vulnérables et malheureusement nous n’avons pas toujours la bonne réaction face à cette situation. Je me suis remis en boucle plusieurs situations où j’ai pu perdre patience avec mon père car il n’entendait jamais bien quand je l’appelais ou qu’il semblait oublier tout alors que je le lui avais répété l’informations à plusieurs reprises.

J’ai donc rendu visite à mon ami GOOGLE pour essayer de comprendre et j’ai lu de nombreux articles sur le sujet ; Parmi les conseils donnés, primo, il faut apprendre à accepter et, si possible apprécier cette nouvelle version de nos parents. Il y a nécessité de faire le deuil de ses parents « d’avant » même si l’on a du mal à reconnaître les personnes qui nous ont élevé ; les regarder comme ils sont et être là pour eux sans pour autant les infantiliser. Ils sont et restent des adultes qui font leurs propres choix que nous devons respecter que cela nous plaise ou non. Et dans tout ce tableau qui peut nous paraître sombre, se dire que parfois l'âge bonifie le caractère et permet des échanges inimaginables auparavant.

Si tu as encore ton / tes parent(s) en vie, ne perds pas une minute à essayer de les changer ou à remettre à demain l’appel / la visite que tu devais leur faire. Ils ne sont pas éternels. C’est à nous de prendre la relève et d’être à leurs côtés même si ce n’est jamais simple. Mais des parents, on n’en a pas. On a qu’un seul père et qu’une seule mère !

Comments: no replies

Join in: leave your comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.