Fenêtre sur le dessin béninois

Le 229 regorge de talents époustouflants dans l’art du dessin. Parfois, simples représentations ou pures œuvres, le dessin raconte l’esprit contemporain d’une génération qui petit à petit installe ses vérités. Nous allons aujourd’hui vous faire découvrir EN VRAC quelques jeunes dessinateurs talentueux.

Le Bénin peut se réjouir d’avoir des super-héros du dessin comme :


 

Aurel, le parfait illusionniste

Les apparences et  leurs tromperies, Aurel Yahouedeou, 21 ans, loin de s’en émouvoir, s’en sert pour projeter du bout de son crayon des effets d’illusion optique avec des dessins. De la réalisation sur papier à leur implémentation dans le monde réel, ce jeune béninois aux amours multiples,  allie réalisme surélevé, photo-manipulation et anamorphose dans son approche de l’art. Alors qu’à la vérité, il ne s’agit que d’un dessin,  l’artiste pousse si loin l’effet trompe œil que la personne qui regarde l’œuvre  à l’impression d’être en face d’un objet. Comment fait-il ?  Celui-là même qui s’est lancé le défi de « réaliser le premier dessin animé béninois en 3D » saisi une des heures où il ne gratte pas sur les cordes de sa guitare pour nous mener sur les traces de son crayon et de son univers artistique.

 Regis Evê, le plus Nobel

Il s’appelle Nobel Koty, il a 28 ans. Son nom d’artiste, c’est Regis Evê. Il a toujours aimé dessiner. A Aupiais, il dessinait des Mangas partout dans les salles de classe. Mais la pression sociale l’oblige à se concentrer sur ses études.  Après une licence en transport et logistique, Nobel suit des cours en ligne en art (peinture).  Son univers, entre peinture et illustration, est rempli de couleurs vives, de visages et d’expressions. Il ne fait pas de portraits classiques.  Régis Evê aime tout ce qui est couleur. Ses peintures sont très colorées et abstraites avec une volonté de faire ressortir une histoire ou un message

Senami et ses gribouillis

Ne vous attendez pas à voir des Picasso, mais juste à de l’art expressif. C’est ainsi que Sènami prévient les lecteurs de son blog où elle dessine au quotidien les réalités et faits sociaux du Bénin. Ce que Sènami aime dans le dessin c’est l’esquisse, c’est le coup de pinceau qui s’arrête… Sènami a toujours un crayon et un carnet de dessin sur elle, mais elle s’essaye à la peinture, au graphisme et à l’illustration. Son style varie en fonction de la mise en couleurs aussi. Qu’elle soit poussée ou assez simple. Elle travaille beaucoup à l’ordinateur. Quand il s’agit de peinture, elle est soit dans le figuratif ou l’abstrait total.

Akinde Fatiou et son AfaArt

A 26ans,  Akinde Fatiou doit posséder des tonnes de stylo-à-bille. Parce que sa passion pour le dessin tourne autour du réalisme parfois frappant que donne un stylo bien tenu. Il a du génie. Un des abonnés de sa page a fait un commentaire juste sur Akinde Fatiou. AfaArt est une  » Grosse gifle artistique  » .  Avec un master en Aménagement et gestion des ressources naturelles, Akinde a commencé à dessiner en Mars 2015. Une camarade à lui avait mis sur

son profil WhatsApp un dessin qu’il a trouvé joli. Il lui a dit qu’il pouvait faire mieux, ce qu’elle n’a pas cru. Rentré chez lui, Akinde reprend le dessin au crayon et le lui envoie. Elle a trouvé ça parfait et met l’illustration du néo-dessinateur. Selon Akinde, c’était le 1er déclic.

Mohamed Ibk, l’illustrateur

27 ans, Mohamed Ibikanmi est un amateur de dessin qui a commencé avec les mangas. Il dessinait depuis tout petit.  Un jour, Mohamed a troqué la feuille et le crayon contre une tablette et un stylet. Il est à fond sur son iPad : Hashtag graphic design.  Ses œuvres sont très minimalistes. Leur beauté réside dans une simplicité esthétique. Ce n’était qu’un simple hobby qui a pris des proportions gigantesques. Mohamed rêve de créer une véritable identité graphique propre à l’Afrique et à court-terme de réaliser une mini-animation sur le Benin.

Syemel, le sélectif

Il rêvait de devenir footballeur mais le dessin avait déjà choisi son disciple. Syemel Agbazahou est un jeune dessinateur Béninois de 26 ans. Un soir de 2014, Syemel reprend le dessin après 12 ans de pause, inspiré par le portraitiste Français Percymad. Les dessins de Syemel sont très réalistes. Ses outils de prédilection sont les crayons Faber Castel et les stylos à bille. Il est également promoteur de la marque de vêtements Street Wear, Iconik. Avec plus de 16 000 fans sur les réseaux sociaux, Syemel fait partis de  ces jeunes béninois qui  semblent  être  en voie d’être les plus prometteurs de  leur génération.

Ken Ahossan, le Sensei

Ken Ahossan a 19 ans. Il dessine beaucoup de  mangas mais il fait aussi des portraits réalistes. Il a une manière spéciale à lui de présenter son dessin. Il y a un truc indéfinissable qui exhale de ses illustrations, plutôt une attitude. Ces dessins semblent plus tournés vers l’être que vers le message

Enock Diègue, Hedy

Hedy a 30 ans et suit des cours en illustration, story boarding et narration dans une école spécialisée dans la bande dessinée. Son art capture de fugaces instants de vie et ses personnages dégagent beaucoup de caractère. On a envie de connaître leur histoire, de savoir ce qui se cache dans leurs moues, sourires et cris. Mais chacune de ses illustrations est une aventure, qui se lit dans les détails de son pinceau. Hedy s’intéresse beaucoup à l’éducation par la culture. Il rêve de réaliser des petits livrets de contes illustrés.

Constantin ADADJA, L’aboméyen

Constantin Adadja, sorti d’une école de cinéma ; dessinateur de presse depuis 2007 dans un quotidien de la place, après la sortie de son premier album « Les trois singes »  son deuxième album de bande dessinée vient de paraître avec comme personnage central le roi Béhanzin,  un farouche résistant à la pénétration coloniale en Afrique !

Ils sont très nombreux à redorer le blason du dessin béninois en Afrique comme dans le monde, de :  Ouitona Maceo, Freddy Soglo, Schadrac Akinocho, Jessica Gaba, passant par Enam Bosokah, à Jowël Maestro, le maitre des perles. Un sursaut patriotique est fait à leur endroit et un grand encouragement à continuer à exceller dans leur domaine

Comments: no replies

Join in: leave your comment