La cuisine de chez nous, par ville

La cuisine au Bénin, par ville

Parakou et Natitingou

LE TOUBANI : fait à base de farine de haricots ou de la farine de manioc. Il est accompagné de piment sec, d’huile et de poisson frit.

WASA-WASA : fait avec de l’igname ou du manioc et assaisonné avec de la friture. Le plus souvent dans la région de Bassila il est accompagné avec du fromage ou de la peau d’animaux appelé (kpaman) mais dans d’autres régions comme dans la ville de Natitingou ou de Parakou, ce sera du fromage de soja de la peau d’animaux ou du poisson frit.

LE WATCHÉ (ATASSI) : mélange de riz et de haricots assaisonné avec de la friture de tomate ou du piment frit. Il peut être accompagné de fromage de peulh, de la viande ou du poisson frit. Dans cette région, on fait bouillir des feuilles de mil (qui sont rouge vin) pour colorer le riz lors de la cuisson et on y ajoute de la potasse pour faciliter la digestion. Le watché est un plat qui se consomme le matin ou à midi parce qu’il est assez énergétique et sa digestion prend un peu de temps. Mais il n’est pas rare de voir des  gens le consommer le soir.

IGNAME PILÉ / SAUCE ARACHIDE OU SAUCE LÉGUMES: l’igname pilée est souvent accompagné d’une sauce d’arachide au poulet fumé. Les morceaux de wagassi (fromage local), scellent l’authenticité de la sauce. Elle s’obtient en faisant cuire de la pâte d’arachides, à laquelle on rajoute de la tomate moulue, avec de l’ail, des oignons, du gingembre du piment et du poivre. Le tout est dilué dans une quantité appropriée d’eau (selon l’épaisseur voulue) et cuit de manière adéquate.

BOUILLIE DE MIL : faite à base de graines de mil moulues, réduites en poudre qu’on laisse fermenter et cuite à l’eau de citronnelle.

Ouidah

POISSON FRIT AVEC FRITURE : c’est une sorte de sauce légume non cuite sur le feu. Le mélange de la feuille amer aman vivê avec le poisson frit, la friture et la moutarde (affiti) se mange avec l’akassa ou la pâte de maïs.

KANDJI KPO ATA CLÊ : sorte de beignet de haricot servi avec une pate emballé dans des feuilles.

Plats béninois d’origine brésilienne : féchouada et koussidou

Savalou

IGNAME PILÉ / SAUCE GRAINE : il faut cuire les noix de palme et ensuite les piler au mortier afin d’en extraire le jus. Le jus obtenu est ensuite porté au feu et réduit afin de constituer une base pour la sauce.

TAPIOCA ET GARI : tous deux des dérivés du manioc, ils sont très consommés sous plusieurs formes- bouillie pour le tapioca et délayé pour le gari.

Grand Popo / Come

LE DAKOUIN : le plat le plus apprécié des pécheurs. Une fois de retour de la pêche, les pêcheurs font un bouillon bien assaisonné des poissons pêchés, et ensuite y versent de la farine de manioc. Avec une palette ou une cuillère, ils font un mélange qui au final donne une texture de pâte que l’on accompagne de piment ou d’une sauce tomate.

CÔME : une pâte cuite à base de maïs dans des feuilles de maïs à la vapeur que l’on mange avec du poisson frit et du piment noir.

ABLO : l’ablo est une pâte de céréales cuite à la vapeur. Elle se compose de maïs, de riz, de blé ou encore d’un mélange. Les petits pains (galettes) obtenus à la cuisson sont spongieux, tendres, légèrement sucrés et fermentés. On les mange au déjeuner ou au goûter. Les galettes de ablo s’accompagnent souvent de poisson fumé, frit ou braisé.

Porto-Novo

LE GBO KPÈTÈ : est obtenu en récupérant le sang du mouton et en le transformant en une soupe qui servira à accompagner des boules d’akassa ou de la pâte de gari.

SAUCE CRINCRIN - FRITURE DE VIANDE OU POISSON -PÂTE NOIRE (TÉLIBO) : plat souvent consommé par les yorubas de Porto-Novo.

Allada

VIANDE D’AGOUTI : rat de brousse que l’on trouve près des lacs et des rivières dans la plaine côtière. Sur les marchés du sud-ouest, il est vendu frit ou fumé. L’agouti à la sauce d’arachide est un plat très apprécié.

AGOUIN (escargots sous toutes ses formes de cuissons) : brochettes, frits, incorporés dans de la friture. Un plat souvent consommé avec les escargots : dja aux escargots accompagné de télibo et sauce crin-crin.

Abomey

MANTINDJAN ET LIO : Les feuilles de Gboma ont une variété de vertus incluant la réduction du stress. Vous pouvez donc avec ce plat, joindre l’utile à l’agréable en apaisant votre système nerveux et en faisant plaisir à votre palais. Dans les foyers polygames, les rumeurs disent que la femme préférée est la meilleure cuisinière de Mantindjan. Sinon en général, les femmes béninoises sont très fières de savoir que leurs maris sont de grands fans de leur Mantindjan. “Mantindjan” se traduit littéralement en langue locale par “sauce coincée”. Coincée pour dire qu’elle contient habituellement une grande variété de viande, poisson, crevette, crabe, peau de boeuf (kpaman), tripes, fromage local (wangashi); le tout immergé dans les feuilles et un flot d’épices, de saveurs et de senteurs. Les ingrédients ultimes pour réussir son Mantindjan sont la moutarde (afintin), la poudre de sésame (goussi ) et la poudre de crevettes.

PATTE DE MIL : pâte cuite à l’eau à base de farine de mil (parfois accompagné d’une sauce gombo).

 

Cotonou

LE TCHINTCHINGA : viande de mouton grillée vendu aux abords des buvettes et dans les gares routières.

ASSROKOUIN : sauce gluante à base de noix de pommes sauvages séchées et moulues. Obè abémon, la sauce Gombo et Goussi : un mélange de gombo et de farine de graines de courges avec d'autres épices et feuilles. Elle est faite avec de l’huile de palme rouge, de la viande, du crabe, des crevettes, du poisson fumé et du fromage local (Wagassi). Cette sauce peut être consommée sans sauce tomate et accompagne pâte de maïs, pâte télibô, igname pilée, foutou etc. On la fait manger à la nouvelle maman pour cicatriser rapidement ses blessures internes selon les dires de nos mamans. La préparation est rapide et permet de conserver les nutriments des légumes utilisés. Généralement, on prépare cette sauce avec du poisson séché ou fumé.

GARI FOTO OU GALIGNIGNAN : un cousin de l’attiéké ivoirien ; les deux ayant un dérivé du manioc en commun. Le gari est cependant beaucoup plus fin que les graines d’attièkè.

RIZ AU GRAS, un riz parfumé cuit dans une sauce tomate généreusement assaisonnée (ail, oignons, poivre, gingembre, le tout moulu bien sûr). L’ajout des feuilles de laurier lors de la cuisson confère au riz au   gras, son goût particulier. On peut en fin de cuisson, ajouter une macédoine de légumes ainsi que de viande ou du poisson frit.

AMIWÔ : pâte à base de farine de maïs, cuite dans une sauce-tomate épicée et servie accompagnée de poulet frit ou braisé. Plus rarement, ce plat peut s’accompagner de viande ou de poisson.

 

Comments: no replies

Join in: leave your comment