Le royaume de Nikki. Le Furudunga

royaumdedenikki-furudunga

Sous les recommandations du sina dunwiru, premier ministre à la cour de Nikki, je pars rencontrer les Peuls de Nikki qui me racontent leur histoire et leur relation avec la royauté. Après les formalités d’usage (lire BC avril 2018), un des membres du conseil, un monsieur d’une soixantaine d’années environ, prit la parole. Il se nomme Soumaïla Adamou Djaouga. Dans un français simple mais académique, il me conte cette histoire :

"… Les Peuls de Nikki font partie intégrante de la population du royaume mais n’étaient admis à aucun poste de responsabilité vis-à-vis du pouvoir. Leur rôle s’arrêtait à l’élevage, un peu d’agriculture et du commerce. Ils étaient parfois propriétaires de leurs troupeaux ou gardaient ceux des princes, chefs, dignitaire ou du roi. Ils vivaient sous tutelle de différents princes/chefs qui garantissaient leur sécurité en contrepartie d’un tribut.

Un jour, la femme du Peul en charge des troupeaux du roi, sur demande de son mari, était partie ravitailler le palais en lait de vache comme il est de coutume tous les jours. Le roi (1) la trouva fort belle. En poussant un peu plus loin sa curiosité, le roi se rendit compte que cette merveille de la nature n’était autre que la femme du Peul qui avait en charge la garde de ses troupeaux. Les jours passèrent, les semaines et les mois aussi. Et le roi trouvait que la reproduction de son bétail était au ralenti, leur santé n’était pas la plus robuste du royaume, en témoignent les pertes dues à des maladies bovines. Or, on dit qu’à l’ouest, chez les fadagurma (2), leurs potions sont réputées pour booster la santé des animaux donc leur reproduction aussi. Le ‘’Peul du roi ‘’ fut donc sommé de partir à la recherche des remèdes miraculeux auprès de ses homologues à l’ouest pour donner aux troupeaux du roi tout le mérite qui lui revenait. Le périple dura des lunes et des lunes (3)…

(…) avant le retour du ‘’Peul du roi’’ à Nikki, sa

femme était déjà enceinte. Elle donna un beau prince qui grandit au palais comme la plupart de ses frères et sœurs. Mais quand vint le moment de succession, il n’était pas question de laisser le pouvoir à un Peul, prince fut-il. Il y a avait trop de risque de voir le pouvoir aller de ce côté-là. Des prétendants au trône d’alors, le prince métissé peul jouissait du droit d’ainesse, un des critères considérés en ce moment-là. Mais cet atout n’était pas suffisant pour lui garantir le poste le plus élevé du royaume. En compensation on lui attribuera un poste ministériel honorifique au palais. Il fut désigné furudunga (4).

Voilà comment naquit un poste de chef peul lié directement à la cour de Nikki.

Jusqu’à nos jours, le furudunga est toujours reconnu comme tel à Nikki. Chaque roi en introduit un qui est parfois consulté et qui fait aussi partie des officiels du royaume pendant des cérémonies telles que la gaani.

Il se coiffe aussi d’un turban comme la plupart des ministres nommés à la cour, se déplace à cheval comme les autres princes mais son titre de furudunga est un titre honorifique et son autorité ne couvre pas toute la communauté peule de Nikki..."

A suivre...

Note :
1) Mes tentatives autant chez Siana dunwiru que chez le junnuro makayra ont été vaines pour savoir exactement de quel roi il s’agit. Est-ce que la tradition orale a oublié cette information ou est-ce fait exprès de ne le pas le révéler ? Je ne saurais le dire.
2) Actuel Burkina-Faso
3) Une lune c’est environ un mois
4) furudun serait la déformation de fulfulde et ga voulant signifier campement. Autrement dit : le chef du campement des fulfulde, le chef des Peuls tout simplement

 

Comments: no replies

Join in: leave your comment