Plan international Bénin

journee-internationale-des-filles

Maya qui a 16 ans vit dans le Népal rural. Elle est déjà une épouse et une mère. Sa maison a été détruite par le séisme de 2015 et nous lui avons donné des vêtements qui ont permis à son bébé de survivre à l’hiver. Elle a une place dans un espace de Plan International réservé aux adolescents qui l’a encouragée à poursuivre ses études.« Je sais maintenant que j’ai de l’importance et un choix », a déclaré Maya. « J'ai le sentiment que je peux commencer à envisager l’avenir ».

Pepe, qui a 12 ans et Ngagne qui en a 5 mendient dans les rues de Dakar et de Louga au Sénégal. Leurs parents sont trop pauvres pour s’occuper des garçons et les ont envoyés vivre dans des écoles religieuses. « J’ai peur la nuit » confie Ngagne. « Mes parents me manquent tellement ».

Avril a fui la pauvreté rurale pour travailler dans la capitale du Nicaragua, où elle a été séduite par un homme plus âgé. Lorsqu’elle REPORTAGE est tombée enceinte, elle est rentrée chez elle, et a dû affronter l’hostilité de sa famille. Elle a 16 ans et ne reçoit aucune aide du père de l’enfant. Elle fait des ménages contre de la nourriture. Elle est soutenue par un programme communautaire de Plan International qui aide les adolescents, filles et garçons, à connaître leurs droits et à surmonter les obstacles qui les empêchent de retourner à l’école. « Je veux continuer mes études quand ma fille sera un peu plus grande. J’espère qu’un jour, je pourrai voler de mes propres ailes», dit-elle.

Adjoke est une mineure originaire de Dassa dans le Département des Collines en République du Benin. Elle est tombée enceinte au cours de l’année scolaire 2016-2017 et ne peut plus poursuivre ses études. Sa sœur a été internée dans un couvent vodoun depuis 03 ans et s’est vue privée de son droit à l’éducation depuis plusieurs années.

Autant d’histoires qui compromettent l’avenir des filles victimes et constituent des injustices contre lesquelles Plan Internationale se bat depuis 2012 à travers sa Campagne Parce que je suis une fille qui a fait du 11 octobre, la Journée Internationale de la FilleJIFi.

En 2016, Plan International a placé le 11 octobre sous le signe de la Relève en mettant à travers ses différents bureaux répartis dans 71 pays, des jeunes femmes et filles à des postes de responsabilité. Plus de 300 postes de responsabilités ont été ainsi occupés par des filles après un coaching et un accompagnement. Des dirigeants et des personnalités politiques éminentes tels que le Président du Népal, le Vice-Président du Paraguay et des Maires de grandes villes comme Dublin, Madrid ont cédé leur place à des filles en cette journée internationale pour témoigner leur engagement.

Au Bénin, le Préfet du Couffo, M. Christophe MEGBEDJI a cédé son fauteuil à Mlle Bernice Koboude, Mazidath Bello qui a pris les antennes de Frissons Radio comme journaliste et Honorine Djaho a dirigé l’Unité de Programme de Plan International Bénin basé à Bohicon.

Cette année 2017, nous en appelons à tous les dirigeants politiques, leaders, présidents d’institutions, d’organisations non gouvernementales, de fondations etc. afin qu’ensemble nous puissions sonner le glas de la mobilisation autour des filles du Bénin sans exception pour les sortir de l’ombre et les mettre dans des positions de leadership le 11 octobre prochain. L’agenda 2030 pour le développement durable a pris l’engagement historique de ne laisser aucune fille pour compte ou incapable de réaliser son potentiel. Rejoignez Plan International Bénin pour tenir nos engagements et sortir la fille béninoise de sa situation afin de bâtir un Bénin juste et équitable.

 

Comments: no replies

Join in: leave your comment