L’Harmattan

Les mois de décembre, janvier et février sont reconnus pour leurs lots de froid et de poussière. Chacun y va de sa manière pour se protéger : karité, habits chauds, etc. Pour en savoir plus sur les maladies opportunes et les précautions à prendre, voici en quelques lignes une explication de l’harmattan et des conseils pour s’en protéger

L’harmattan est, au Sahara et en Afrique
Centrale et de l’Ouest, un vent du nordest, très chaud le jour, plus froid la nuit,
très sec et le plus souvent chargé de
poussière. C’est un alizé continental. Il
souffle vers le sud-ouest en provenance
du Sahara et affecte le golfe de Guinée en
hiver, entre la fin novembre et le milieu
du mois de mars. L’harmattan est associé
au régime anticyclonique (haute pression
barométrique) habituel de la saison sèche
des climats tropicaux. Il en résulte ainsi
un ciel clair, et une très forte luminosité
bien que parfois réduite par les poussières
atmosphériques.
Lorsque l’harmattan souffle, l’inhibition
pluviométrique qui l’accompagne est
absolue. Parcourant de grandes distances
au-dessus des étendues désertiques,
ce vent sec se charge petit à petit de
fines particules de sable et de poussière
surchauffées en journée. Lorsque son
intensité est très forte, c’est lui qui crée
ces ‘vents de sable’ dont les plus intenses
peuvent limiter la visibilité à quelques
mètres et interdire momentanément le
trafic aérien au Sahara et au Sahel, car ils
entraînent la fermeture des aéroports.
On a remarqué pendant sa présence une
nette augmentation des accidents de la

circulation et des accidents aériens. Les
hôpitaux signalent aussi un nombre plus
important d’hospitalisations, pour des
motifs divers :
• migraines
• poussées d’hypertension artérielle
• bronchites
• troubles psychiques, décompensation
psychiatrique (agitation, dépression,
etc.).
Par ailleurs, il favorise la propagation
des épidémies de méningite (à Neisseria
meningitidis), à la fois parce qu’il en
véhicule la bactérie dans ses poussières et
parce que sa sécheresse fragilise les voies
respiratoires.
Cette période d’harmattan est propice
à certaines maladies qui touchent, d’une
part, la peau, l’appareil respiratoire et,

*** Suite… ***

d’autre part, les maladies qui touchent les
méninges, d’où la méningite. En effet, le
vent sec qui souffle entraîne l’assèchement
de la peau et cela est plus perceptible chez
les enfants. Les maladies que l’on peut
avoir en ce moment sont les maladies
cardio-vasculaires. Pour cette maladie, on
a remarqué, à travers une étude faite au
Nigeria, qu’il y a une augmentation des
cas d’hypertension en cette période, peut-
être que l’harmattan semble favoriser cela.
Pour ce qui est de l’appareil respiratoire,
il faut dire que toutes les muqueuses sont
plus ou moins touchées pendant cette

période parce qu’il y a une irritation des
voies aériennes supérieures, au niveau du
nez. Ce qui fait que c’est le moment où il
y a une fréquence de rhinite ou de rhinopharyngite, d’asthme, de bronchite, de
grippe. C’est pourquoi, les personnes qui
sont allergiques connaissent pendant cette
période, des crises répétitives. Celles qui
souffrent de l’asthme, de maladies liées
aux yeux verront ces épisodes se répéter
le plus souvent. Nous conseillons à ces
personnes qui sont allergiques de prendre
conseil avec leur médecin pour bénéficier
de directives adéquates. Ces conseils
doivent être adaptés à chacun.

Comments: no replies

Join in: leave your comment